Pourquoi rendons-nous les échanges les plus simples si rudes ?

Pourquoi rendons-nous les échanges les plus simples si rudes ?

« Il faudra s’adapter aux façons de faire d’ici ! » Commun refrain pour tous nouveaux venus.

Accomplir les tâches nécessaires à son installation sur le territoire, obtenir un compte Internet, la télévision, le téléphone, une carte grise, tous services spécifiques nécessitant la collaboration d’un tiers, chez nous c’est parfois un parcours du combattant ! Et tout ça à cause de l’attitude belliqueuse des gens, toutes races confondues, peu importe.  Les formalités et procédures à suivre sont claires, et pourtant, avec un peu de mauvaise volonté, le paradis devient vite un enfer. Mais pourquoi quand je sais qu’on peut mieux faire ?

C’est comme si le prestataire de service en face préférerait que l’on disparaisse pour qu’il ou elle retourne à l’inactivité.  Facile à ce moment-là de développer des préjugés.  Ne faut-il pas parler de ces choses-là qui nous pourrissent la vie au quotidien et s’incrustent dans notre culture ? La dernière prestataire de service qui a refusé de m’aider en consultant mon compte pour me donner le montant alors que je ne cherchais qu’à payer une facture, devant mon ébahissement m’a elle-même confié « ça fait 5 ans que je suis rentrée, c’est dur les relations avec les professionnels. J’ai toujours autant de mal. » Ne se rendait-elle pas compte que s’était elle qui me rendait la vie dure à ce moment précis ?

Après tout, une culture est une façon de répondre aux problèmes. Vous en conviendrez, certaines réponses sont meilleures que d’autres dans leur finalité. C’est bien de cela qu’il s’agit, de résolution des problèmes, en fin de compte. Pourquoi n’allons-nous pas directement à la résolution des difficultés que rencontrent nos clients ? Est-ce parce que nous gagnons déjà assez d’argent, donc il n’y a pas urgence ? J’ai été surpris d’entendre ça une fois. Serait-il possible que l’on se tape de satisfaire le client ? Dans ce cas-là, dites-le-nous ou continuez ainsi et nous amènerons gentiment notre argent se faire voir ailleurs.

La Covid-19 nous enseigne quelque chose : nous devons changer nos façons d’interagir si préserver nos entreprises et nos emplois est important pour nous. Nos manières de répondre aux besoins de nos clients rendent le « vivre ensemble » parfois assez conflictuel, vous m’en saurez gré ! Alors quoi faire ?

Ne vaut-il pas la peine de se poser au moins la question ? Ou est-il préférable d’inciter tout le monde à se faire à ce fonctionnement inefficace ? Juste un questionnement.

Développer une Can do attitude, attitude positive axée sur les solutions. « Voyons ce que nous pouvons faire pour vous » Gagnant-gagnant.

Mettre l’accent sur l’accompagnement du client vers les solutions à ses problèmes.

Récompenser chez les prestataires les interactions positives et constructives qui facilitent la fidélisation du client, et bien d’autres choses. Mais pour l’amour de l’entrepreneuriat, débarrassez-nous de ces rustres qui nous pourrissent la vie !

Dans ce commentaire, je ne parle que de l’attitude et de la motivation des quelques prestataires difficiles rencontrés, pas de leurs compétences et capacités techniques. Une attitude repoussante m’empêche d’évaluer leurs compétences réelles. Tiens, ceci expliquerait peut-être cela !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :