Témoignage : L’enfant et la lecture

— Je m’attendais à plus venant de vous tous. Vos phrases sont mal construites. Elles comportent trop de fautes d’ Pas une seule personne dans cette classe a obtenu une bonne note aujourd’hui. Nous avons du pain sur la planche. — Monsieur, nous avons bûché sur ce papier. Vous nous détestez à ce point ? — Faudra vous appliquer. Je veux voir des améliorations la prochaine fois. — Moi, je ne mérite pas cette note-là, professeur. Elle va faire baisser ma moyenne et je vais perdre ma bourse. — Travailler davantage, jeune-homme. Vous ne lisez pas assez. C’est ça le problème, … Continuer de lire Témoignage : L’enfant et la lecture

LE VENT EN POUPE

— Tu ne seras jamais qu’un bon à rien. Assis sagement dans un coin, l’enfant effaça un sourire béat de ses lèvres, releva la tête, puis laissa tomber le petit livre qu’il lisait. Rien ne l’avait préparé à une charge aussi brutale. —Je regrette le jour où tu es venu au monde. Tu as ruiné ma vie. Toutes les fois où dans sa vie quelque chose n’allait pas, Jennifer se défoulait sur son fils. Cette fois, elle n’avait pas obtenu le poste qu’elle convoitait. Rien ne se passait jamais comme elle voulait dans cette putain de vie. Cet enfant lui portait … Continuer de lire LE VENT EN POUPE

Leadership is about transforming internalized powerlessness

Leadership is not a position. You cannot be appointed a leader. You do not need anyone’s permission to be a leader. You don’t need to be the smartest, or the prettiest. You don’t even need a degree. Are we the kind of people who allow a lack of positional authority to inhibit us from making a difference, from achieving significance? Our brains need victories too. Leadership is a posture, a decision, a choice, an impulse. It is initiative. Leadership is action. Thought of that way, it becomes a pattern of thoughts and behaviors,  a habit,  and eventually, a lifestyle. It is … Continuer de lire Leadership is about transforming internalized powerlessness

Il faut être aimé pour s’en sortir

La considération des autres ouvrent les portes de l’opportunité. Obtenez-vous ce dont vous avez besoin avec aisance ? Connaissez-vous nombre de personnes sur qui vous pouvez compter ? Aucun coup de fil, coup de pouce ou de main, ni bouche à oreille ou référence, et Dieu sait combien cela aurait fait la différence entre l’espoir et le désespoir, l’échec et la réussite, l’isolement et la communauté. On ne s’en sort jamais seul. Sans amour on est foutu. L’indifférence tue ; l’information ne circule plus, ni l’assistance et encore moins l’attention dont on a tous besoin pour croître. Continuer de lire Il faut être aimé pour s’en sortir

Le vieil esclave

Avachi dans un siège sans profondeur, il se prend à rêver de liberté et se triture l’esprit. Il comprend finalement, malgré ses prétentions que son monde à lui est organisé, y compris ses propres pensées, pour le maintenir dans les chaînes. Pratiquement invisibles aujourd’hui, elles pèsent davantage sur son esprit que sur ses poignets. Continuer de lire Le vieil esclave

Un geste vers l’autre

Écrire, le faire pour partager une vérité, un sentiment ou une idée, c’est dévoiler bien plus ; une sensibilité, certainement ; des peurs et des limitations aussi, peut-être bien. C’est surtout faire un geste vers l’autre, pour soi, pour lui, pour déclencher une réaction, un dialogue, établir une connexion ; ajouter un éclat. Plus que lire, il s’agit de saisir, ou plutôt de connaître pour comprendre. En fin de compte, il s’agit de se reconnaître et de refaire connaissance avec soi à travers la narration. C’est toujours de nous qu’il s’agit lorsqu’un auteur raconte la vie… de notre humanité, qu’un … Continuer de lire Un geste vers l’autre

La résilience. Comment la développer

Tout ce que nous faisons dès que nous sortons des chantiers battus engendre de la résistance. L’opposition, souvent mal vécue, est normale ; tout comme la critique, la condamnation et le rejet. Ne pas s’y attendre, voilà ce qui n’est pas normal et revient à se faire bousculer à chaque fois. Nos attentes deviennent responsables de nos grandes déceptions. Nous sommes nés avec une aptitude à la résilience, ou du moins avec les moyens de la développer. Les gens qui ne font pas preuve de résilience sont souvent aussi ceux que nous considérons comme négatifs, nerveux, distraits, mous, chroniquement déprimés, … Continuer de lire La résilience. Comment la développer

L’entraide bo kay

J’ai souvent l’impression que pour nous autres au pays, aider quelqu’un qui cherche à s’en sortir, surtout si cette personne oeuvre dans le même domaine que nous, reviendrait à avoir l’impression de perdre quelque-chose, comme s’il n’y avait pas suffisament de ressources pour tout le monde et que l’excellence de l’un ferait de l’ombre à l’excellence de l’autre. À la longue, cette façon de penser et de fonctionner ne garantit qu’une chose, l’excellence de personne. N’avons-nous pas tous besoin d’aide ? Sommes-nous vraiment suffisant à nous-mêmes ? Aucun homme n’est une île, disait Merton.  Et personne ne se construit seul. … Continuer de lire L’entraide bo kay

J’ADORE LE CRÉOLE, MAIS LA CRÉOLITÉ N’EST PAS MON TRUC

Avec toutes ces histoires de complexes et d’aliénation qui circulent, il serait facile de croire que les antillais souffriraient d’une crise identitaire, et que le culturel constituerait l’essence même de nos problèmes. Pour sûr, l’estime de soi et la valorisation de nos productions représentent des éléments fondamentaux du développement d’une communauté stable, mais il existe au moins deux dimensions plus fondamentales encore : l’économique et le politique. La transformation des ressources humaines et la promotion de l’initiative personnelle comme moteurs d’une activité économique accrue et diversifiée mèneraient à une plus grande maîtrise de notre environnement. Voilà les vrais facteurs de notre … Continuer de lire J’ADORE LE CRÉOLE, MAIS LA CRÉOLITÉ N’EST PAS MON TRUC