Blog

ENTRETIEN. Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que ça signifie ?

(LL) Bonjour Michel Christophe ! Merci d’être avec nous. Vous êtes formateur en leadership Transformationnel et à l’origine du concept ProficiencyPlus… avant d’aller plus loin… qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que ça signifie ?

(MNC) Le leadership transformationnel est le levain de la transformation culturelle qui doit s’opérer au sein des entreprises si elles veulent rester compétitives dans un environnement de crise où plus que jamais l’innovation est le différentiateur. Le leadership transformationnel a un impact très positif sur la performance des entreprises. Il cherche à élever le niveau de motivation et de moralité dans les organisations en permettant à chaque individu de satisfaire ses besoins intrinsèques à long terme tout en assurant la réussite de l’entreprise.

En tant que style de gestion du personnel, le leadership transformationnel se situe aux antipodes du leadership transactionnel ou traditionnel qui se pratique partout – (des relations hiérarchiques rigides…).

La réussite du leadership transformationnel repose sur une maîtrise de l’intelligence relationnelle et des compétences interpersonnelles. Il requiert une relation d’influence orientée vers la performance et la réalisation d’objectifs communs.

C’est dans leur traitement du conflit, de la peur, de l’échec, de la moralité, de l’écoute, de l’intelligence collective, de la communication non-violente, et du conformisme que les leaders transformationnels diffèrent des leaders traditionnels.

(LL) Qu’est-ce que c’est un formateur en leadership transformationnel ?

(MNC) C’est quelqu’un qui accompagne les leaders dans la mise en œuvre de meilleures stratégies de gestion du personnel, du changement, du conflit, en bref, c’est quelqu’un qui les aide à transformer leurs peurs pour gagner et aider les collaborateurs à gagner.


(LL) Sur quoi vous intervenez précisément ?

(MNC) Sur les états d’esprit d’abord, l’attitude, les croyances limitantes, la culture de l’entreprise, la motivation, la stratégie, la créativité et l’exécution.

(LL) Quel a été votre parcours et pourquoi vous vous êtes lancé dans ce domaine ?

(MNC) Auparavant, jusqu’à début 2020, j’étais un des directeurs de programme pour le développement du leadership au sein d’une agence du gouvernement américain, à la CIA pour être précis, où j’ai passé près de deux décennies. Là, non seulement je formais des managers, mais je les accompagnais également en tant que coach exécutif, je suivais leur progression, leur faisais un feedback 360 annuel dont l’issue pouvait avoir une incidence sur l’évolution de leur carrière. Le leadership est trop potentiellement perturbateur pour le laisser entre les mains de gens qui ne se remettent pas en question et ne veulent plus apprendre.

(LL) Vous êtes avant tout coach, le coaching qui fait de plus en plus son apparition aujourd’hui, vous en pensez quoi ? Qu’est-ce que c’est un bon coach ?

(MNC) Je suis avant tout formateur, et ensuite coach, puis linguiste, et auteur. La qualité de notre vie, de notre expérience sur Terre, ainsi que nos productions dépendent précisément de la qualité de nos pensées. Les pensées de mauvaise qualité coûtent cher en énergie, en relations, en santé psychologique, en argent, et en temps.

Habituellement ce que nous appelons penser, se résume à interroger notre mémoire pour y repêcher des solutions aux problèmes. Derrière cette façon de faire, l’idée est que les solutions se trouvent dans notre mémoire si seulement on peut y accéder. Produire des informations stockées dans notre mémoire, les réchauffer pour les offrir comme de la réflexion est une façon de penser très commune, et orientée vers le passé. Elle évite le risque et ne produit que des certitudes ; elle nous maintient dans cette zone de confort où rien n’évolue plus.

Un coach n’offre pas de solutions. Si quelqu’un vous en offre, ce n’est certainement pas un coach exécutif. Un coach interroge et vous aide à trouver vos propres solutions, celles que vous validerez et voudrez mettre en œuvre, celles qui marchent pour vous spécifiquement.

Nos schémas de pensée contiennent des opportunités et leurs propres limites également. La manière de voir le monde que nous adoptons peut nous aider à comprendre comment les choses fonctionnent, et peut aussi nous limiter dans cette même compréhension. Nos modèles mentaux influencent l’image que nous nous faisons du monde, le comportement que nous adoptons, et donc nos résultats.

Le coaching en tant que mode d’intervention favorise la réflexion par un dialogue qui nous aide à découvrir nos propres représentations du monde, à les analyser, à clarifier nos problèmes, nos conclusions, et notre objectif, à sortir de notre zone de confort, à considérer une variété de points de vue, à rechercher des cadres alternatifs d’interprétation, à générer de nouvelles idées, à examiner les implications, à penser et à agir autrement. Amener un client à développer le courage intellectuel nécessaire pour agir reste la clef de voûte du processus. 

Un bon coach porte donc son attention sur la manière de penser de son client, pas directement sur les problèmes du client. Il l’interroge sans peur.  Un problème reste une histoire qu’on se raconte. La matière brute du coach exécutif est la pensée, le processus intellectuel par lequel le client donne du sens à son expérience.

(LL) Qu’est-ce que le coaching exécutif ?

(MNC) Le coaching consiste en un partenariat avec un client dans un processus créatif et stimulant qui l’incite à maximiser son potentiel personnel et professionnel.

Trop souvent ce que l’on appelle coaching en Guadeloupe se résume au coaching de vie, ou coaching en développement personnel, ou encore à la PNL ou programmation neuro linguistique. Les autres types de coaching, comme le mien, sont assez méconnus chez nous.

La pratique du coaching exécutif est un engagement centré sur la personne (pas sur le problème) et conçu pour aider méthodiquement un client à découvrir les possibilités qui s’offrent à lui, et sa propre voie. Un coach ne décide pas à la place de son client.

Le coaching exécutif s’adresse généralement aux dirigeants, aux chefs d’entreprise, aux cadres supérieurs, aux collaborateurs de hauts potentiels, qui souhaitent optimiser leurs performances, et accomplir davantage.  

(LL) Vous faites donc le constat qu’en Guadeloupe il manque sérieusement de leadership à nos managers ? C’est quoi le leadership managérial ? Et en quoi c’est important pour eux d’en avoir ?

(MNC) Le monde change. Il est de plus en plus imprévisible, chaotique, complexe, et rapide. Le management ne suffit pas. Le leadership augmente l’impact du management. Les gens ne veulent plus simplement recevoir des ordres. Ils veulent avoir leur mot à dire sur ce qui les touche de près. Ils veulent que leur travail et que leurs vies aient un sens. Ils désirent davantage d’autonomie, et ont besoin de croire en leur hiérarchie pour trouver plus de motivation. Ils veulent qu’on les laisse tranquille et qu’on leur fasse confiance. Ils veulent savoir qu’ils sont plus que des instruments de production aux yeux de leurs supérieurs, mais des personnes à part entières, comme eux, avec des aspirations, des ressentis, des besoins, des défis, et qu’ils comptent aussi. Ils veulent savoir que ce qu’ils font jour après jour a un impact. Que ça ne compte pas pour du beurre.

(LL) Aujourd’hui quelles sont les difficultés que rencontrent nos managers pour acquérir ce leadership ?

(MNC) Je suis là, disponible, prêt à les former de la façon la plus directe et impactante possible, pour rendre le transfert de connaissance et les nouvelles pratiques aussi facile à absorber que possible. Et j’ai des résultats probants avec mes clients qui reviennent. Mes méthodes sont efficaces. Ils prennent contact avec moi, et on fait le job.

(LL) Tous vos services résident en la possibilité de créer des opportunités de croissance… vous proposez aujourd’hui un service qui s’appelle la conversation anglaise, en quoi ça consiste ?

(MNC) Nous évoluons dans une Caraïbe dominée par l’anglais. S’intégrer dans son environnement consiste aussi à pouvoir négocier avec son voisin dans sa langue, et ainsi accroitre nos opportunités. Il en va de notre survie. L’avenir est caribéen. En plus de la rencontre gratuite en ligne avec nombre de native speakers pour les niveaux avancés, j’offre des cours individuels et des cours en groupe pour débutants et intermédiaire, en distanciel et en présentiel. Quelqu’un d’autre s’occupe de l’arabe, une native.

(LL) Et donc comment on fait, vous proposez un accompagnement ponctuel ? Ou sur la durée ? Comment déterminer le temps que tout cela va prendre pour être aider ? Quelle est la suite pour vous ?

(MNC) Tout dépend des besoins de la personne en face de moi.

(LL) Comment vous joindre ? Comment vous trouvez ?

(MNC) On peut me contacter au 0690 60 40 10 ou par mail

à michelnchristophe@gmail.com ou en allant sur mon site web

à www.michelnchristophe.com

(LL) Merci d’avoir répondu à nos questions. Belle continuation. 

(MNC) Merci à vous de me les avoir posées.

RENDRE VISIBLES LES PAGES ORPHELINES

Les auteurs que je connais se plaignent parfois de l’absence de promotion de leurs œuvres – et de leur personne. Souvent, celle-ci se limite à l’envoi de services de presse et à l’insertion d’un titre dans le catalogue de l’éditeur, s’ils en ont un.

Lire comment le livre de Monique Roffey, auteure britannique d’origine trinidadienne, The Mermaid of Black Conch, rejeté par de multiples maisons d’édition en Angleterre, et finalement publié en pleine pandémie par Peepal Tree Press, fut sauvé de l’invisibilité dans laquelle il sombrait par des bookstagrammers enthousiastes m’a beaucoup inspiré.

Découvrir Henry Darger, révélé par son ancien propriétaire après sa mort, qui a passé une vie de réclusion dans une petite chambre à Chicago où il peignait et rédigeait d’énormes manuscrits sans jamais être découvert ni lu ; autant de ruminations sur les sept années qu’il a passé dans un asile psychiatrique pendant l’enfance, et l’impact que cela a eu sur lui, un écrivain brillant sans lecteurs de son vivant, m’a poussé à réfléchir.

L’auteur est un acteur négligé dans le paysage économique de notre île, la Guadeloupe. Et pourtant, il contribue au rayonnement de nos cultures. Il fait parler de nous. Il attire des touristes. Il génère de l’activité, et pas que pour les imprimeurs, distributeurs, libraires et autres. D’où l’intérêt de le rendre visible.

Les outils de communication de masse se sont démocratisés, il est temps de les exploiter. À mon petit niveau, je veux m’en prévaloir et faire en bénéficier mes collègues. L’objectif est d’augmenter ma visibilité et la visibilité de ceux qui le désirent et ne savent pas s’en servir. Nous avons des choses à dire. Être entendu ou lu ne garantira l’adhésion de personne, mais suffit pour nombre d’entre nous. Pour un auteur, c’est cela avoir sa chance.

Nous nous prenons en charge. Prendre soin de nous-mêmes, ne plus attendre d’être promu par les acteurs traditionnels du livre et de la culture, voilà ce qui s’impose aujourd’hui plus que jamais. Personnellement, je me considère comme un auteur-preneur, donc, cette façon de penser me convient. 

Les voix de demain sont déjà là pour nous permettre de nous repenser. Elles sont nombreuses et pourtant peinent à se faire entendre. Ce que leurs pages orphelines ont à dire dérange souvent. En littérature, trop de gens s’improvisent chiens de garde qui protégeraient l’entrée à l’expression sous des prétextes bidons. Notre patrimoine littéraire ne se limite pas à quatre ou cinq auteurs, toujours les mêmes, comme un regard cursif sur l’actualité littéraire pourrait nous le faire croire.

Les aînés s’impliquent peu dans l’aide à la succession. Ce sont elles, ces voix, qui fourniront les histoires dont auront besoin les cinéastes antillais. Peu de personnes se chargent de les aider à émerger. Trop se contentent de les exploiter.
Les gens ont besoin de s’exprimer et ce qu’ils ont à dire ne pourra plus être canalisé, ou évacué.
Personne ne pourra plus étouffer un cri qui a besoin de sortir, ni empêcher aux autres de dire ce qui doit être dit.
Un livre qui n’est pas ouvert est comme une fenêtre qui reste fermée. Il ne fait pas son travail. On suffoque derrière sans savoir quel vent frais il amène.

Les auteurs veulent être lus, connus, même si vous renoncez en fin de compte à un compagnonnage avec leurs mots, au moins, vous saurez exactement pourquoi vous le faites, et ce qu’ils suscitent en vous, en connaissance de cause. C’est de cela même qu’il s’agit après tout, de connaissance, d’émotion et d’élévation culturelle. Voilà pourquoi nous apportons notre petite touche en proposant des

SOIRÉES LITTÉRAIRES MENSUELLES FILMÉES ET ORGANISÉES AVEC LES AUTEURS, accompagnées de ventes, de dédicaces, de musique et de gastronomie, à chaque fois dans une localité différente où nous aurons été invités.
ENTRETIENS FILMÉS D’AUTEURS PAR D’AUTRES AUTEURS sur un des thèmes de leurs livres, diffusé sur YouTube, Facebook, et Instagram.
ACCOMPAGNEMENT DES AUTEURS DANS LA CONCEPTION ET L’ÉLABORATION DE LEURS OUVRAGES (retours, trailers, chroniques, etc.)
DÉVELOPPER DES BOOKTUBERS, DES TWITBOOKERS, ET DES INSTABOOKERS.
ATELIERS D’ÉCRITURE
ATELIER DE PRISE DE PAROLE EN PUBLIC.
MANIFESTATIONS AUTOUR DES HISTOIRES QUI RELATENT NOS RÉALITÉS ET NOS ASPIRATIONS.

Qui accepte le challenge de la solidarité ?

NOTRE POUVOIR

NOTRE POUVOIR EST INCARNÉ, MAIS S’EXPRIME ÉGALEMENT AU TRAVERS DE NOTRE MODE DE COMMUNICATION.

Il émane donc de nous-même.

À votre avis, quel mode de communication nous rend plus puissants ? Le mode de communication agressive, le mode de communication passive, le mode de communication passive-agressive, ou le mode de communication assertive ?

Quelle serait la finalité de la passivité sinon éviter les conflits à tout prix et faire plaisir aux autres ?

Et de l’agressivité sinon de gagner coûte que coûte ?

Et de l’assertivité ou affirmation de soi sinon, d’être entendu ?  

Et de l’agressivité passive sinon de nuire en catimini ?

Généralement, les gens nous donnent tous les indices dont nous avons besoin pour interagir plus efficacement avec eux. Remarquer ces indices est plus facile lorsqu’on les aime ou lorsqu’on est d’accord avec eux, bien sûr. Nous ne faisons pas attention à la plupart des indices parce que notre ego nous empêche de le faire.

En fin de compte, la façon dont nous nous traitons les uns les autres est en grande partie fonction de ce que nous ressentons les uns envers les autres. La plupart des gens commencent par être neutres, certains sont carrément antagonistes, mais la plupart des gens sont indifférents à vous et à moi. Les personnes difficiles ne se soucient pas du tout de nous. Elles sont centrées sur elles-mêmes. C’est pourquoi elles sont difficiles. Que pouvons-nous y faire ? Pas-grand-chose ! Il est très peu probable que nous les changions. Tout ce que nous pouvons espérer, c’est de les aider à créer les conditions qui les motiveront à changer si elles le désirent.

Les émotions sont au cœur de la difficulté que nous éprouvons avec les personnes difficiles. Et presque toujours, ce qui se cache derrière leur attitude, c’est la peur, l’anxiété ou la colère, toutes motivées par la perception d’une menace pour leur identité.

Quelle serait la finalité de l’assertivité ?

Le mot assertivité signifie la capacité à s’exprimer, à défendre ses droits, son opinion, sans empiéter sur ceux des autres. Une personne assertive cherche uniquement à être entendue. Elle ne va pas chercher à avoir raison comme l’agressif qui veut imposer son jugement. L’affirmation de soi, ou assertivité consiste à se donner la permission d’être soi-même.

S’affirmer, c’est être honnête et ouvert à ceux qui nous entourent, plutôt que de continuer à coexister dans une hypocrisie cordiale. C’est se sentir libre d’exprimer de nouvelles idées, opinions et sentiments de manière respectueuse et professionnelle. L’assertivité consiste à énoncer clairement ce qu’on attend et insister pour que nos droits soient pris en compte, et respectés.

Une personne assertive agit dans son propre intérêt, se défend, exprime ses sentiments honnêtement, est responsable d’elle-même et choisit pour elle-même. Une personne assertive est émotionnellement honnête, directe, et expressive. Elle se sent confiante, et se respecte.

L’assertivité est une attitude envers soi-même et envers les autres. On demande exactement ce que l’on veut, rien de plus, rien de moins. La vraie difficulté est de réellement savoir ce que l’on veut, et c’est rarement le cas pour la plupart des gens.

L’assertivité est la forme de communication que les personnes engagées dans un comportement difficile évitent le plus. Et c’est bien elle qu’il faut adopter pour leur faire face.

Le manque d’assertivité trouve souvent ses racines dans la croyance que nous sommes responsables de ce que les autres pensent de nous. L’assertivité se base sur le respect de soi et le respect des autres. Les gens agressifs semblent exigeants et contrôlants. Les personnes passives ont peur d’exprimer leurs sentiments, leur opinion et de partager de nouvelles idées.

L’assertivité réduit la probabilité que nous nous retrouvions à avoir des conversations difficiles.

Nous ne pouvons pas changer une personne difficile en étant difficile nous aussi. Mais nous pouvons les irriter et jouer un peu avec elle, si c’est ce que nous voulons. Mieux vaut aller de l’avant, passer à autre chose ! Les gens ne changent pas à moins qu’ils ne le veuillent.

L’assertivité requiert de la pratique, mais n’importe qui peut commencer avec cette technique simple :

Je comprends que vous pensez…

Cependant, je crois que …

Par conséquent, je suggère …

Chaque fois que nous sommes agressés verbalement, attaqués et accusé, notre objectif est d’imposer le respect parce que les personnes difficiles n’attaquent tout simplement pas les gens qu’ils respectent. Les personnes agressives nécessitent des réponses assertives. Notre comportement doit envoyer un signal clair que nous sommes forts et capables, moins que cela passera pour une invitation à d’autres attaques. Envoyons ce signal sans devenir nous-même une personne difficile. Lorsque nous sommes agressés, notre caractère est mis à rude épreuve. La force de caractère que nous révélons déterminera la perception que la personne difficile aura de nous et de son comportement futur envers nous.

Nous nions notre propre importance lorsque nous ne demandons pas ce que nous voulons. 

Nous avons le droit d’exprimer notre volonté. 

La meilleure façon d’obtenir exactement ce que nous voulons est de le demander directement. 

Les façons indirectes de demander ce que nous voulons peuvent ne pas être comprises. 

Demander ce qu’on veut est une compétence qui peut être apprise. 

Notre demande est plus susceptible d’être comprise lorsque nous utilisons un langage corporel assertif. 

Nous avons le droit de dire NON ! 

Nous nions notre propre importance lorsque nous disons oui alors que nous voulons vraiment dire non. 

Dire non n’implique pas que nous rejetons une autre personne ; nous refusons simplement une demande. 

Lorsque nous disons non, il est important d’être direct, concis et précis. 

Dire non est une compétence qui peut être apprise.

LA MINEURE

— Pourquoi a-t-elle été expulsée ? Elle reçoit des A en classe.

— Non, c’est pas possible. Elle n’est pas aussi bonne que tu crois, Michael. Clairement.

— Tu es un menteur. De quoi tu parles, ducon ? J’ai suivi des cours avec elle. Cette fille est un génie. Toujours première, en tout.

— Ah oui ? Ouais, ouais, t’as raison. Dans tes rêves. Elle était la première à se faire attraper la culotte autour des chevilles, à se faire mettre par un vieux dans les toilettes. Un vrai génie comme tu dis !

— Pas possible. Ça ne peut pas être elle !

Au téléphone, la directrice adjointe avait demandé à sa mère de venir récupérer sa fille dans le bureau où elle avait passé la matinée. Quand elle arriva, Jessica refusa de monter dans la voiture.

— Et moi qui pensais que tu avais bien compris la leçon, hurla la mère. Jeune fille, ne vous éloignez pas de moi quand je vous parle.

Jessica rentrait à pied chaque jour. Rien ne serait différent aujourd’hui, sauf que cette fois-ci, elle parcourait seule les quelques kilomètres qui la séparaient de la maison. D’autres filles du même quartier rentraient aussi à pied, en petits groupes. Elles bavardaient comme à leur habitude, partageant les ragots. C’est de Jessica qu’elles voulaient parler ce jour-là.

— Yo, cette fille est une racaille. Quelqu’un connaît l’homme qu’on a attrapé avec elle ?

— Non, personne n’a vu son visage. Il portait un masque et a déguerpi bien trop vite. Les gens disent qu’il est mécanicien. Il portait un uniforme aussi. Je suppose que la police est à ses trousses.

— Elle aura beaucoup de problèmes, c’est sûr.

Jessica marchait seule pour la toute première fois ressassant les avertissements reçus : « Garde tes distances. Méfie-toi des garçons et de leurs boniments. Nous n’avons pas quitté la Dominique pour nous retrouver dans le cambouis. » Elle avait pourtant succombé aux paroles doucereuses d’un charmant prédateur plus âgé qu’elle. Un pédophile, disaient certains. À la maison ce soir-là, elle se préparait au pire, résignée à supporter les remontrances auxquelles elle n’échapperait pas. Toute la famille allait se rassembler pour l’occasion peu enviable de débattre de son sort. Elle savait qu’elle était devenue la honte de sa famille, et gardait la tête baissée, les yeux rivés sur le sol. Leur déception était palpable ; elle se demandait s’ils pouvaient sentir la honte qu’elle dégageait. Sans aucun doute, elle empestait.

Tatie Brenda, la parente qu’elle appréciait le moins, secrétaire de son état dans l’une des églises du quartier, ouvrit la bouche la première pour suggérer qu’on l’envoie dans un pensionnat très loin d’ici. il fallait que la petite se fasse oublier. Tatie Brenda avait perdu son unique enfant, en bas âge, dans un moment d’inattention ; maintenant, Jessica soupçonnait qu’elle en voulait à sa grande sœur d’avoir su protéger le sien.

La chaleur du mois de juin était étouffante ce jour-là. Ne supportant plus de se sentir ainsi oppressée, elle avait eu l’envie soudaine de prendre une douche pour se rafraîchir. Les deux pieds dans une baignoire à moitié pleine, elle avait ramassé son enfant, ouvert le robinet et ajusté le jet. Quelques minutes suffirent, paniquée à cause de l’effet de l’eau sur le savon, incapable de maintenir son emprise sur l’enfant, Tatie Brenda, agonisante, regardait au ralenti, sans pouvoir réagir, son bébé visqueux se dégager de l’étau que ses bras impotents tentaient de former, pour s’écrouler au fond de la baignoire, et dans un bruit assourdissant cogner sa petite tête contre la paroi. L’incident changea la personnalité de sa tante pour le pire, la rendant désagréable à l’extrême.

Le redoutable oncle Peete, le frère cadet de sa mère, le plus sévère et fervent amateur de discipline dans la famille, déclara cavalièrement qu’une maison de redressement serait plus indiquée pour une dévergondée de son espèce. À cet instant, Jessica se mit à détester le monde entier. Sa mère, qui n’arrêtait pas de sangloter, indiqua qu’elle ne voulait plus l’envoyer à l’école du tout, ou même en entendre parler. Elle voulait la renvoyer à la Dominique chez un grand-oncle agriculteur. Travailler la terre lui enseignerait des valeurs essentielles.

De toute évidence, elle ne voyait pas clair, mais personne n’osa l’interrompre. À bout de nerfs, elle n’avait plus le cœur à supporter une si grande humiliation. La famille reprit la discussion comme si Jessica n’était pas là, comme si elle n’était qu’une chose qu’on manipule et puis qu’on ignore une fois utilisée. Personne n’était d’accord sur rien. Elle n’avait que 16 ans. Trop précoce, avec une poitrine aussi lourde et les vêtements de sa mère qu’elle portait sans lui demander, elle passait pour une adulte.

— Elle est beaucoup trop jeune et immature pour arrêter l’école maintenant. Comment peut-on s’attendre à ce qu’elle se débrouille dans la vie sans une éducation ? Non, non, et non, il doit y avoir un autre moyen ! Sa plus jeune tante, la favorite, Mina avait parlé avec finalité.

Jessica se réjouissait de la voir se ranger de son côté. Elle continuait de fixer ses pieds ainsi que le tapis vert et laid du salon de sa mère, levant la tête de temps à autre pour repérer la trajectoire de sa fuite prochaine. Dans le flou, aspirant à se retrouver au plus vite dans les bras de son amoureux, elle aurait tout donné pour se transformer en oiseau, et s’envoler pour échapper à cette torture.

Son père qui n’avait pas encore dit un mot, renfrogné dans son coin, assis seul loin de tout le monde, ne faisait plus vraiment partie de la famille, les ayant abandonnés depuis belle lurette. Il avait été invité à l’intervention familiale par simple courtoisie. Personne ne s’intéressait plus vraiment à ce qu’il avait à dire. La pension alimentaire de l’enfant qu’il regardait fixement comme s’il voulait la tuer tardait à arriver. Il pensait maintenant sérieusement à la désavouer cherchant une excuse de plus pour ne plus avoir à payer ce qu’il devait. La tête entre les deux mains, il se demandait ce qu’il avait fait au Bon Dieu pour mériter une fille pareille, et un tel déshonneur. Peete ouvrit à nouveau la bouche pour proclamer solennellement que le comportement de sa nièce exigeait la plus sévère des réprimandes.

— Maintenant elle fait ça, et demain, elle fera quoi donc ? Qui aime bien châtie bien, sinon, on gâte l’enfant.

Comme on pouvait s’y attendre, il se porta volontaire pour corriger la rebelle.

— Le châtiment corporel appliqué correctement n’a rien à voir avec de la maltraitance, insistait-il. Les gamins en ont besoin pour marcher droit. Sinon c’est leur famille qu’ils déshonorent. Vous voyez où votre indulgence nous a menés.

Ses propres enfants avaient bien tourné, assurait-il. À ses yeux, ni la mère ni le père de Jessica ne semblaient posséder une once d’autorité sur elle. Aucun n’avait réussi à marquer au fer rouge la crainte de Dieu dans le cœur de l’enfant. Il serait le seul à pouvoir le faire. D’une façon ou d’une autre, pour son bien, elle devra finir par sentir dans la chair l’intérêt profond de ceux qui l’aiment. Ce ne serait que normal.

En l’entendant parler ainsi, Jessica grimaçait. Elle croyait déjà sentir le cuir de sa ceinture sur son dos, elle se recroquevillait, frissonnante, commençant déjà à se balancer d’avant en arrière. Jusque-là calme et silencieuse, grand-mère Anne par une légère inflexion de la main indiqua son désir de prendre la parole.

— N’oubliez pas dans votre grande excitation que notre enfant n’était pas seule dans cette salle d’eau. Elle n’a rien fait toute seule. Il y avait un homme dans cette affaire. Un goujat. Quelqu’un de bien plus âgé qu’elle, qui, et je resterai ferme là-dessus, devra également subir notre courroux, et assumer bien plus qu’elle la responsabilité de son crime. Il devra nous dédommager aussi pour l’expulsion de la malheureuse de son école. Il s’en est pris à une innocente, causant un tort considérable à cette famille. Qu’allez-vous faire à propos de cet homme-là ? N’oublions pas que Jessica doit être testée pour une grossesse ou bien une maladie. On ne sait jamais ! 

Les secondes ressemblaient à des minutes. Personne ne parla plus pendant une éternité. Pas question de passer outre ce que Jessica a fait, ou de lui offrir une échappatoire quelconque.

— Nous irons déposer une plainte pour abus sexuel sur mineure. Après tout, il l’a violée, déclara le père, la voix rauque, pleine d’émotions mal maîtrisées. (Il s’indignait à présent.) Le bâtard s’est rendu à son école. Il est entré dans les toilettes des filles avec l’intention de lui faire du mal. Il l’a lâchement agressée, sachant pertinemment qu’il avait affaire à une mineure !

L’assemblée hocha la tête en signe d’approbation. Jessica releva la sienne, puis écarquilla les yeux pour dévisager son père. N’en pouvant plus, elle ouvrit enfin la bouche.

— Ce n’est pas vrai !

— Qu’est-ce qui ne va pas, ma chérie ? demanda sa grand-mère.

— Il ne m’a pas violée.

— Tais-toi, mon enfant. Tu ne sais pas ce que tu dis, l’interrompit sa mère. Aurais-tu donc le béguin pour cet animal ? Tu rigoles. Dis-moi que c’est une blague.

Sa mère tapotait maintenant nerveusement du pied. Défiante et catégorique Jessica campait sur sa position.

— C’est mon petit ami.

— Tu ne connais pas la loi, mon enfant. Tu ne sais rien sur rien. Tais-toi.

— Je m’en fous !

— Je vois que tu as perdu toute pudeur ! Son nom, donne-nous son nom, à cet instant même !

Au lycée et au collège voisin, Jessica par-ci, Jessica par-là, toute la semaine, on ne parlait que d’elle, de comment elle avait été trouvée en plein mitan de l’acte sexuel avec un mécanicien deux fois plus âgé dans les toilettes condamnées du vieux gymnase. Le personnel du collège restait dubitatif. Les enseignants connaissaient Jessica. Il ne pouvait s’agir d’elle, il devait y avoir erreur sur la personne ! Quelque chose n’allait pas. L’on parlait d’une élève remarquable, attentionnée, pas d’une de ces bonnes à rien dont on savait déjà qu’elles allaient mal finir. Élève modèle, elle avait été une fierté pour eux. Ils désiraient apporter leur soutien à sa famille en cette période difficile. Eux aussi étaient de l’avis que l’homme qui avait été aperçu avec Jessica ne pouvait être qu’un dangereux prédateur qui avait dû sentir chez elle une vulnérabilité, avant de la cibler et de l’exploiter ; peut-être, le besoin de la validation et de la protection d’une figure paternelle.

Kirby, l’ancien prof de math de Jessica, cherchait lui aussi à manifester son soutien à une famille affligée, et prit donc l’initiative d’écrire quelques mots qu’il joignit à une carte que les profs du collège signèrent. Ils étaient prêts à faire tout ce qui était en leur pouvoir pour aider la famille. Le moment était grave !

Kirby s’assura de faire référence à une école alternative en dehors de la ville où Jessica pourrait terminer son cursus parmi des filles qui, comme elle, s’étaient égarées ou étaient devenues mères prématurément.

Notoirement avare avec l’argent, les bonnes notes, son temps, les compliments et les louanges, les actes de gentillesse semblaient inhabituels chez un Kirby de nature plutôt froide. De réputation, il ne se souciait jamais des autres. Fichtre, qu’il abhorrait l’injustice, pensaient ses collègues, car le bougre s’agitait plus que tout autre à la seule idée qu’un prédateur errait en toute impunité dans la ville, mettant en danger des êtres vulnérables.

Après le travail, à l’occasion, il se rendait au bar du quartier pour un happy hour avec ses collègues, alors qu’ils commandaient chacun une bière, Kirby se contentait d’un verre d’eau et d’un zeste de citron pour les accompagner. Il grignotait de la laitue et du pain offert gratuitement, répétant à tous ceux qui l’entendaient qu’il faisait des économies pour s’acheter une maison.

Personne ne l’avait jamais vu payer pour autre chose qu’une tasse de café. Il refusait de toute façon de s’autoriser une consommation plus chère. Impeccable, hyper conscient de son apparence, on le traitait comme s’il était « dans le placard ». Kirby passait pour un type ennuyeux ; on tolérait ses manies.

Distingué, il portait avec brio des vêtements multicolores à la mode qu’il achetait dans des magasins d’aubaines, dans les quartiers huppés. Payer plus de dix dollars pour des pantalons à la mode de la saison dernière représentait à ses yeux une aberration. Il ôtait le jaune de chemises pas assez blanches avec de l’eau de Javel dans le cycle chaud d’une machine à laver ; il ne dépensait jamais plus de dix dollars non plus pour des chemises en coton de bonne qualité.

Depuis que son grand-père l’avait fait asseoir sur ses genoux, dangereusement près de son entrejambe, pour laisser la télé les éduquer sur la valeur de l’argent et de l’intérêt composé, son truc à lui était devenu les chiffres. Tout chez Kirby tournait autour de l’argent, le pouvoir que celui-ci exerçait sur les gens et les choses qu’il rendait possibles. Fasciné, il voyait des chiffres partout et estimait le coût exact de ses plus petites indulgences. L’argent rendait la vie magique et contrôlait son humeur, ainsi que tous les aspects de sa vie.

Devrais-je risquer de le mettre en colère en l’appelant? Deux semaines déjà ; Jessica s’impatientait. Elle voulait parler à son « mécanicien » et ne pouvait plus garder sa douleur pour elle-même. Ce serait trop risqué. Tout le monde espionnait probablement ses moindres faits et gestes. Elle devait faire très attention. Si sa femme interceptait leur conversation, c’en serait fini de leur histoire d’amour. De plus, les appels téléphoniques étaient faciles à tracer ; des informations pourraient être exploitées au tribunal ; une facture détaillée de qui avait contacté qui. Non, elle resterait tranquille, et prendrait son mal en patience.

À bien réfléchir, elle préférait aller à lui directement et lui parler face à face. Mais comment ? Il avait été clair. Ils ne devaient jamais se rencontrer en dehors de l’endroit convenu à l’école. C’est aussi lui qui devait initier le contact. Ils avaient trop à perdre tous les deux. Comment pourrait-elle le voir maintenant qu’elle avait été expulsée, lui qui refusait de se fier au jugement d’une fillette de 16 ans ? Il devait pourtant tout savoir !

Jessica refusait de faire face à ça toute seule. Peut-être serait-il en mesure de lui dire quoi faire ? Voilà ! Elle irait trouver sa voiture. Elle savait où il la garait. Elle dérouterait les badauds tout au long du trottoir en laissant une note sous dix essuie-glaces, faisant croire à une distribution de prospectus, puis attendrait à proximité au coin d’une rue. La note comporterait le code qui l’identifiait, xoxoxo, et un message : « Nous devons vivre ensemble. Je suis enceinte. »

Personne ne devait découvrir son secret. La vieille sorcière serait la seule exception. Il avait déjà fait appel à ses services, et lui faisait confiance ; elle savait garder un secret. Parler n’était pas bon pour ses affaires. L’amour n’est pas un crime. Cette fois non plus, il n’avait rien fait de mal. Pourquoi donc se sentait-il persécuté ?

Il détruirait ceux qui oseraient entraver son bonheur. Il sortit une liasse de billets de la poche de son uniforme. La vieille sorcière la lui retira des mains sans prendre la peine de les compter pour la placer dans son tablier. Elle bâilla bruyamment, puis, le regard éteint, laissa échapper à voix basse, « demain ».

L’attente sera bientôt terminée. Elle leur remettrait une fiole. Le médecin-feuille faisait des messes basses avec les esprits tourmentés des esclaves d’antan. Son attitude évoquait son appartenance à l’outre-monde. De quoi faire frémir, elle venait d’un autre temps, d’une époque où être vu et entendu scellait à jamais votre sort, où l’invisibilité demeurait le meilleur gage de survie dans une dignité relative.

Crainte pour ce qu’elle savait comme pour ce qu’elle était, une vaudouisante, personne ne se sentait assez intrépide pour la regarder en face. Selon la rumeur, ses tisons avaient le pouvoir de liquéfier un cerveau. Intenses, ils perçaient les visages les plus hermétiques, décelaient les complexes, et les insécurités les mieux gardées. De son visage austère au regard fougueux taillé dans la pierre, empreint de gravité, elle pétrissait les peurs de nombreux autres sots. La femme maussade possédait un pouvoir enraciné dans une assurance étudiée. Lassée par les turpitudes de leur monde fait de plaintes, elle se détournait lentement pour prendre congé sans un ultime adieu.

Jessica voulait savoir quels secrets avaient pu lui révéler les plantes. Pourquoi les gens croyaient-ils que cette vieille femme détenait la clef de leur bien-être, le remède à tous leurs maux, cette petite mère sèche d’une foi inébranlable ?

Jessica se pinça le nez et avala la potion comme indiqué, une fois le matin et une autre le soir, un mélange malodorant d’ananas sauvage et d’une mauvaise herbe appelée pompon bouilli dans du vin pourpre jusqu’à ce qu’il devienne crémeux. Un demi-verre le matin, de préférence à jeun, et l’autre le soir après un repas léger. Comment la sorcière en connaissait-elle le bon dosage ?

Une fois son uniforme de mécanicien rangé sous le siège de sa voiture, Kirby rentra dans l’appartement où il vivait avec son frère cadet fraîchement rentré d’Afghanistan, la femme de celui-ci, et leur chien. Il les logeait aussi longtemps que nécessaire jusqu’à ce qu’ils trouvent un emploi. La puanteur de la friture l’attrapa à la gorge. Le fracas de conversations animées rivalisant avec un téléviseur lancé à plein tube, tout comme les aboiements du pit-bull assaillirent Kirby, saturant ses sens et son esprit. Il ne s’entendait plus penser, et voulait crier pour faire taire l’affront.

Il aurait aimé réfléchir à tout ce qui s’était passé et, dans la tranquillité, décider de la meilleure façon de procéder avec Jessica. Il avait besoin de calme pour cogiter. Ressentant la compulsion de mettre de l’ordre dans son appartement le mécontentement déformait ses expressions. Sa belle-sœur craignait toujours le pire dans ces moments-là et s’absentait rapidement de la pièce à la seule vue de son visage grimaçant.

Elle se souvenait encore de l’irritabilité des deux frères. Déraisonnables à l’extrême, ils s’invectivaient, puis s’empoignaient avant d’en venir aux mains avec une rapidité vertigineuse. L’immeuble de trois étages qui semblait construit en papier mâché faisait outrage à l’architecture moderne. Le loyer restant abordable, personne ne s’en plaignait vigoureusement. Le tempérament explosif des deux hommes intensifiait l’altercation. Sur le point d’en venir aux coups, le spectre d’un voisin, et la menace d’un appel imminent à la police apaisaient la situation, poussant le plus jeune frère et sa femme à sortir faire une longue marche avec leur chien pour se calmer. C’était soit ça, ou soit une nuit dans une cellule de dégrisement, répétait le voisin avec fermeté et conviction.

— Je sais que tu penses pouvoir gérer ton frère, mais moi je n’en peux plus. J’en ai assez de lui et de cette situation ridicule. Partons vivre chez mes parents. Au moins, eux, ils ont de la place et sauront nous recevoir. Tant que nous restons soudés, nous nous en sortirons, tu le sais.

Après une dispute avec son frère, maintenant il faisait face à la colère de sa femme.

— Ma biche, je ne trouverai pas de boulot dans la petite ville de tes parents. Il n’y a rien là-bas. Nous devons nous accrocher, rester ici, dans la grande ville où tout est encore possible. Patience. La chance va bientôt nous sourire, je le sens. J’ai un filon pour un emploi dans la sécurité. Un poste d’agent de protection rapprochée. Ils appelleront bientôt. S’il te plaît, fais-moi confiance.

— Si ce travail ne se matérialise pas, promets-moi, nous ferons les choses à ma façon.

— Je ne peux pas faire ça, mon chou. Ne t’inquiète pas. Tout ira bien. Nous allons devoir attendre un peu.

— Je n’aime pas ça !

Se sentir ignorée par un homme pour qui elle avait sacrifié ce qu’elle avait de plus cher, sa virginité, sa scolarité et le respect de ses proches ; un homme qu’elle soupçonnait de mettre de la distance entre elle et lui ? Coupée de ses camarades ; coincée à la maison sous les regards inquisiteurs de sa famille ; menée au bord de la dépression par l’oisiveté et une surveillance de chaque instant ; fatiguée de l’impression d’avoir servi de jouet entre les mains d’un vieux bonhomme dégueulasse sans égard pour elle, un simple maillon dans une chaîne qu’elle ne se souvenait pas avoir recherchée, Jessica se mit en tête de composer le numéro de Kirby pour l’engueuler. Advienne que pourra. Sa décision était prise, l’épouse que Kirby taisait allait découvrir le pot aux roses. Elle le quitterait enfin pour lui laisser la place.

— Pourquoi suis-je la seule à souffrir ainsi ? Qu’est-ce que je t’ai fait ? Pourquoi te joins-tu à tout le monde pour me punir ? J’ai lu la carte que tu as adressée à ma mère. Quel hypocrite tu fais ! Je t’ai donné mon corps, et tu me craches dessus comme ça ? Tout ce que j’ai fait, je l’ai fait par amour pour toi.

C’était plus fort que lui. Le militaire n’était pas censé écouter les messages laissés sur le répondeur de son grand frère. Son instinct l’y avait poussé. Il tournait en rond dans l’appartement et s’ennuyait à mourir. Trop tard ! Il avait laissé la curiosité prendre le dessus sur la raison. Le dernier enregistrement l’ébranla.

— Mes règles sont revenues. Elles sont étranges, grumeleuses, et ont une forte odeur que je ne reconnais pas. J’en suis sûre, quelque chose a été évacué.

Jessica savait qu’elle n’était pas censée contacter Kirby à son domicile, mais s’en tapait, et ne se souciait plus que de ses propres besoins trop longtemps ignorés. Elle cherchait résolument à le compromettre. Elle avait attendu en vain une réponse à sa requête de vie commune. Même une vague promesse d’emménager ensemble dans un futur proche aurait pu la satisfaire ; quelque chose qui lui aurait montré qu’elle comptait à ses yeux et qu’il ne l’oubliait pas, mais rien. Tout sauf ce silence ignoble aurait été préférable !

— Le médicament à la texture bizarre que nous avons acheté chez la sorcière a fonctionné. Quand est-ce qu’on se revoit, Kirby ?

La voix instable dans l’appareil était bien celle d’une gamine. Le soldat bouillonnait. Son sang ne fit qu’un tour. Affolé, il résolut de demander des comptes à son frère le soir même.

— Comment est-ce possible ? répétait-il à voix haute. Et moi qui croyais… Mon frère avec une gamine, encore…

Debout au milieu du salon, Kirby décrivait une attaque non provoquée et racontait à la police que son frère lui avait lancé un couteau au visage. Le coup porté lors de sa parade défensive, disait-il, avait été accidentel, pratiquement automatique. Il n’avait cherché qu’à se protéger. Il déclarait aimer son frère et ne pas avoir agi avec malice. Faisant acte de contrition, il était prêt à se soumettre au verdict de la justice.

— Je ne voulais pas en arriver là, ni même lui faire du mal. Je ne sais pas pourquoi il était en colère. J’ai paniqué. Il prend toujours tout à cœur, il est extrême, mon frère. Depuis son retour d’Afghanistan, il est comme ça, intense et effrayant.

Sa belle-sœur, elle, raconta à la police qu’en grimpant les escaliers elle a entendu le bruit d’une altercation à l’étage. Craignant le pire, alarmée par des cris plus forts qu’à l’accoutumée, elle s’est précipitée pour voir ce qui se passait.

— Ça arrivait tout le temps qu’ils se chamaillent. Mais jamais comme ça ! Dans cette famille, ils hurlent pour un rien. J’avais pressenti qu’il y aurait une tragédie. Il y avait des problèmes tout le temps entre ces deux-là.

Dans la pièce, elle trouva son mari allongé dans une mare de sang sur le sol, gémissant de manière convulsive, incapable de prononcer un mot intelligible, perdant conscience.

— Kirby était accroupi à ses côtés, il criait et pleurait, inconsolablement, comme un enfant. Tout près d’eux, sur le sol gisait un couteau de cuisine couvert de sang. Dans mon emballement, j’ai quitté la pièce pour appeler la police. Je craignais le pire, et voilà que j’avais raison. Et maintenant, à cause de cet énergumène, ma vie s’est écroulée tout à coup. Combien j’aurais préféré avoir eu tort ! Je me sens coupable de ne pas avoir fait davantage pour le convaincre de partir.

Dans le salon, ce soir-là, la police récupéra deux armes blanches, un couteau suisse et un couteau de cuisine, ainsi qu’un répondeur automatique brisé en deux sur le sol dont la corde avait été sauvagement arrachée du mur. Pendant qu’on lui lisait ses droits avant de l’embarquer, la belle-sœur de Kirby maudissait de toutes ses forces le jour où elle avait accepté d’emménager chez lui. Elle lui en voulait plus que tout. Son chien était blessé, lui aussi brutalement poignardé, comme son mari à l’article de la mort, s’accrochant à la vie. Qu’arriverait-il à la prunelle de ses yeux  ? Lors du transport, il ne survécut pas à ses blessures et s’éteignit dans l’ambulance. La police boucla Kirby pour homicide involontaire.

Pour le moment, son secret était sauf. Aux yeux de la société, il serait tout, sauf un pédophile. Il reprenait son souffle.

TROP DE PERSONNES SONT INCAPABLES DE DIRE, JE VEUX.


SAVOIR CE QU’ON VEUT, met une transformation en branle.


Savoir ce qu’on veut, nous permet de rêver, de définir une stratégie, de débloquer des émotions positives comme l’optimisme, l’ambition, la persévérance, la confiance en soi ; d’aligner nos comportements à un objectif, de donner du sens à notre vie, de neutraliser la peur, et surtout d’agir.

DIRE JE VEUX, affirmativement, sans minauderie ou hésitation, c’est se projeter dans un futur qui répond à nos attentes, c’est tendre, vers davantage de satisfaction personnelle, une vie meilleure où nos besoins sont satisfaits.


LA PEUR FAIT UN TRAVAIL SUR NOUS. Elle nous oblige à nos replier sur nous-mêmes pour assurer notre survie, à limiter l’usage de notre cerveau à une petite partie qui déclenche l’évitement, la fuite, ou bien la confrontation, l’amygdale qui régule nos actions face à la peur, et non pas le vortex pré frontal, la partie principale, qui contrôle la réflexion. Quand on a peur, on ne prend plus le temps d’analyser quoi que ce soit ; nos réponses se font automatiques, instinctuelles. Cette peur, qui nous protège d’un danger imminent et réel, est bienfaisante, par contre, nichée dans nos pensées, sans cible immédiate, elle devient toxique, et incapacitante. Nous craignons le rejet, d’avoir tort, de donner une mauvaise image de nous-mêmes, de ne pas être valorisés, et ces craintes ont de réelles conséquences sur nos vies. Elles nous empêchent de nous affirmer positivement. Grace au discernement, nous devrions pouvoir identifier la vraie nature de notre peur.


LA PEUR CONDITIONNE NOTRE ÉTAT D’ESPRIT, elle nous rend mesquins, jaloux, méchant, incapable d’une réponse appropriée face aux vrais défis dans nos vies. Elle nous empêche d’évoluer vers les vraies solutions. Nos peurs, nos défauts, nos faiblesses, notre manque de connaissance, de courage, et oui, notre lâcheté, nous rendent, trop souvent, vulnérables à la déprime, à l’injustice, à l’inertie, à la passivité, et à l’échec. Qui dit repli sur soi, dit petitesse, mesquinerie, sclérose, et impuissance.

LA PEUR EST LE CONTRAIRE DE LA FOI. Pour nous épanouir et nous réaliser, il nous faut transformer cette peur qui se cache dans nos pensées. Celle qui nous empêche d’avancer. La reconnaître, l’identifier, la confronter, lui parler, et la démystifier. Nos peurs n’ont qu’une seule raison d’être, notre protection personnelle. Certaines, nous protègent d’un danger imminent, bien réel ; d’autres, nous renvoient à des dangers imaginaires (qui vivent dans nos pensées), la distinction est importante.


NOUS NE SOMMES PAS LES VICTIMES de toutes les circonstances, seulement de certaines. Et grâce à notre libre-arbitre, nous restons les plus puissants agents du changement dans nos vies. Rien ne se fera que nous n’aurons pas validé.