Le vieil esclave

Avachi dans un siège sans profondeur, il se prend à rêver de liberté et se triture l’esprit. Il comprend finalement, malgré ses prétentions que son monde à lui est organisé, y compris ses propres pensées, pour le maintenir dans les chaînes. Pratiquement invisibles aujourd’hui, elles pèsent davantage sur son esprit que sur ses poignets.

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :