Cauchemar

Un goût métallique dans la bouche, la tête dans le cirage, empli d’une sensation de vide et d’impuissance, Nestor, que les évènements dépassent, mains et pieds ligotés, se regarde grimacer, terrassé par la force herculéenne d’un homme qui lui a volé son visage. Pas celui d’aujourd’hui, mais la version moins usée, plus orgueilleuse et conquérante d’antan. Il décèle de la haine dans le regard qui le transperce, et quelque chose de pire, une expression nouvelle, une excitation débordante, peut-être, de la maniaquerie même.  

À quoi cela rime-t-il ? Expérience mystique, cérémonie vaudou ? De quoi s’agit-il vraiment ? Un sabre en acier à la lame affilée apparaît d’un coup. Il le tranche lentement, comme on tranche un cochon, de haut en bas puis en travers, en signe de croix. Son sosie s’évanouit dans la pénombre brumeuse sans laisser aucune trace, l’abandonnant pour mort sur son chemin de croix. Ses cris sourds sont en vain. Longuement prémédité, le crime passera inaperçu. 

« Que m’arrive-t-il ? » Personne ne peut l’entendre. Il est seul dans un parc à cochons. Son cœur s’emballe une dernière fois. Nestor se voit dépérir. Il suffoque. Le sang coule. Ses entrailles finiront dans le ventre des porcs et la fange dans laquelle ils se vautrent. Une vague de chaleur l’envahit. Il se voit basculer, perdre tout contrôle, s’affaisser, s’enfoncer dans le sol avant de se dissoudre.  

La puanteur et un violent haut-le-cœur l’arrachent à son sommeil. Il a fait sur lui, a inondé son pyjama de chiasse. Il sue à grosses gouttes. Trempé, désespéré, il se tourne vers sa femme, Victorine, cherche à s’accrocher à son regard, à son corps. Elle dort profondément encore. Il l’agrippe. Hagard, il la scrute puis lui vomit dessus. Réveillée en sursaut, recouverte de sa bile, elle explose dans un vacarme d’insultes et de protestations. « Fan de gas » (fils de pute). 

Plus effaré encore qu’elle ne l’est, apeuré, Nestor, ne trouve rien à dire d’autre, pour sa gouverne, que : 

— C’est la faute de Romuald. Il veut ma peau.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s